Crédit : gammvert

Les piments et les poivrons font partie de la famille des Solanacées et sont originaires de l’Amérique tropicale. Ces deux légumes se cultivent exactement de la même façon au sein de votre jardin potager. Leur seule différence est qu’ils sont de variétés différentes et que l’un est plus fort et piquant alors que l’autre est doux.

Quand semer le poivron et le piment ?

  • Les poivrons et piments sont si semblables qu’ils observent les mêmes règles de semis et de plantation, tant au niveau technique que sur le plan du calendrier.
  • Les piments et les poivrons sont des légumes du Sud, qui ont besoin de soleil pour se développer et pour vous offrir une saveur goûteuse. Si la température passe en dessous des 13°C, sa croissance s’arrêtera, et lorsqu’elle atteint 24°C, il s’agit de l’optimum requis.
  • Ces deux légumes préfèrent un sol neutre (pH autour de 6,5 à 7), profond, frais et riche en humus. Les graines sont de taille normale (souvenez-vous de la dernière fois que vous avez ouvert un poivron dans votre cuisine !) et ne nécessitent pas le recours à un semoir à main.
  • Les semis se font entre février et avril, au chaud. Comme les poivrons et piments sont assez lents à pousser, mieux vaut prévoir de les semer tôt, dès février. Il faut compter environ 20 à 24 semaines entre le semis et la première récolte.
  • Vous pouvez récupérer les graines de vos propres piments et poivrons. Pour cela, vous aurez pris soin de choisir, sur des pieds très vigoureux, des fruits que vous laisserez venir à complète maturité avant de les cueillir. Vous en extrairez les graines, que vous laverez et que vous ferez sécher dans un endroit chaud à l’ombre. Vous les conserverez dans un sachet en papier jusqu’aux semis printaniers.

Protections utiles

Plus que tout, les piments et les poivrons détestent le froid (des nuits inférieures à 10 °C), ainsi que les coups de vent. Les protéger au maximum, le plus longtemps possible.

  • De simples cloches sont insuffisantes. Excepté dans les zones méridionales, le minitunnel plastique et les châssis vitrés sont indispensables.
  • Surveiller, mais aussi ventiler les plantes sous abri : la condensation provoquée par la protection, créant une humidité prolongée, peut s’avérer néfaste. À l’inverse, par temps ensoleillé, il y a risque de brûlures.