Crédit : bbc

Les médecins pratiquent des gestes d’hygiène éprouvées pour se protéger du coronavirus et donc de la COVID-19, ces types de mesures que nous devrions tous suivre.

1 – ILS NETTOIENT RÉGULIÈREMENT LES SURFACES ET OBJETS

Crédit : video.lefigaro

Nettoyer régulièrement les surfaces et objets qui peuvent être contaminés (téléphones portables, poignées de porte, interrupteurs…). Le virus Covid-19 peut survivre quelques heures dans l’environnement et jusqu’à quelques jours dans des milieux humides.

2 – ILS SALUENT AVEC LES COUDES

La raison en est évidente: les coudes ne risquent pas de transmettre le coronavirus, en particulier si l’on est encore en hiver et qu’on porte des manches longues. Et puis, c’est peu probable que vous parveniez à vous toucher le visage avec le coude. On ne sait pas ce qu’a pu toucher la main qui vous est tendue et elle pourrait transmettre le virus.

3 – ILS SE LAVENT LES MAINS

Crédit : topsante

Le principal conseil est le plus simple : lavez-vous les mains. Avec du savon, pendant au moins vingt secondes, et souvent. Entre autres, après être allés aux toilettes, avant de manger, après vous être mouchés ou avoir éternué. La plupart des gens ne se lavent pas suffisamment les mains. C’est pourtant un vecteur de contamination important.

4 – ILS NE TOUCHENT PAS LE VISAGE

Crédit : fr.wikihow

De manière générale et particulièrement en période d’épidémie, évitez au maximum de porter vos mains à votre nez, votre bouche ou encore vos yeux. En effet les mains ont pu être en contact avec des surfaces contaminées.

5 – ILS NE PORTENT PAS DE MASQUE, À MOINS QUE LEUR TRAVAIL NE L’EXIGE

  • En effet, le port du masque est utile pour ne pas diffuser la maladie par les postillons (toux, éternuements), mais pas pour éviter de l’attraper.
  • Par ailleurs, en cas de contact prolongé avec une personne contaminée, ces masques en papier n’offrent pas une protection suffisamment efficace, notamment parce qu’ils laissent passer de l’air non filtré.
  • Il existe alors des masques « de protection respiratoire » (type FFP2), équipés d’un dispositif de filtration des poussières et des agents pathogènes. Ils sont indiqués pour « les personnes en contact avec des personnes malades, pour éviter de contaminer les infirmières ou les médecins qui les prennent en charge », selon le ministère. Pour ces derniers, le port de gants et de lunettes de protection est également prévu.